Santa Cruz

Aux XVIe et XVIIe siècles un des principaux centres artistiques et culturels du royaume du Portugal est la ville de Coimbra, et notamment son monastère dit de Santa Cruz, placé au niveau des plus développés centres musicaux européens. Cette Maison-mère de la congrégation de l’ordre de la règle de Saint Augustin développe une extraordinaire tradition musicale au sein de ses activités humanistes, de ses solennités ecclésiastiques et de ses cérémonies sacro-profanes, bien comme dans son exigence pédagogique d’excellence. En effet l’un des fonds de musique manuscrite des XVIe et XVIIe siècles les plus riches d’Europe, conservés jusqu’à nos jours, a très probablement appartenu au monastère de la Sainte Croix. Malgré l’importance culturelle de ce monastère peu sont les recherches élaborées jusqu’à nos jours.

« Un peu paradoxalement, le monastère de Santa Cruz de Coimbra n’a été l’objet que de très peu d’études approfondies. Il existe une monographie musicale concernant les XVIe et XVIIe siècles, travail pionnier d’Ernesto Pinho ([Pinho, 1981]) avec quelques limites du point de vue musicologique mais qui reste la référence. Plus récemment, Owen Rees a fait une étude exhaustive et très méticuleuse d’une partie du fond musical, plus précisément d’une vingtaine de manuscrits de musique polyphonique datés entre c1530 et c1620 ([Rees, 1995]). » [1]

Coimbra_SecXVI (2)

Balançant entre le partenariat et la rivalité avec l’université de la ville, la maison mère des chanoines de la Règle de Saint-Augustin semble avoir été pratiquement depuis sa création, un centre national d’influence politique et culturelle avec une excelente qualité musicale.


[1] ESTUDANTE, Paulo, « Les pratiques instrumentales de la musique sacrée portugaise dans son contexte ibérique. XVIe-XVIIe siècles », PhD Thesis, Université de Paris IV – Sorbonne, Universidade de Évora, 2007.